Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
Après l'épidémie, un autre fléau sévit !

Après l'épidémie, un autre fléau sévit !

(Mis à jour le 19 mai 2021)

Face à l'épidémie de Covid-19, les tatoueurs professionnels ont été contraints de cesser leur activité pendant 20 semaines entre le 15 mars 2020 et le 18 mai 2021, leurs établissements étant visés par trois périodes d'interdiction d'accueillir du public.
Cette contrainte s'est appliquée à TOUTES LES ACTIVITÉS DE TATOUAGE sans exception : Studios ouverts au public ou ateliers privés, aucune dérogation n'étant admise.

Malgré ces mesures sanitaires d'urgence, et alors que la majeure partie des professionnels du tatouage ont fait don de leurs stocks de matériel de protection (masques, gants, etc.) sans savoir si et quand ils pourraient reprendre leur activité, de nombreux témoignages ont rapporté la multiplication des pratiques sauvages pendant l'épidémie : Des non-professionnels, évidemment non formés aux conditions d'hygiène et de salubrité comme l'exige pourtant la loi, ont proposé de réaliser des tatouages dans des locaux d'habitation ou même de se déplacer à domicile pour tatouer !

storage?id=1058057&type=picture&secret=fL0HeMZTfaDYwpUB0Hk1rk4HukKogMsFumoEvdgy&timestamp=1592488631

BD réalisée par Ted Implanted pour la plaquette de prévention éditée par l'ARS IdF

Ces pratiques sont la peste du tatouage depuis déjà de nombreuses années : Comment pourrait-on encore les tolérer dans un contexte sanitaire aussi inédit ?
Les tatoueurs doivent faire face à cette concurrence déloyale et dangereuse tout au long de l'année : Devant désormais affronter des difficultés économiques sans précédent, les tatoueurs clandestins (souvent des "scratcheurs") continuent de faire du profit au détriment de toute responsabilité sanitaire et collective.

Les tatoueurs clandestins et/ou "à domicile" (= se déplaçant au domicile des clients OU exerçant dans des locaux non déclarés) n'ont aucun scrupule à agir.
Les recours sont limités mais peuvent contribuer à freiner ce fléau en entraînant une intervention des pouvoirs et des éventuelles sanctions :

~

Lien vers cet article :
http://www.snat.info/articles/51950-pendant-qu-on-ne-tatoue-plus-pour-cause-de-virus-un-autre-fleau-sevit

Consultez également
Encres de tatouage : On est foutus ?...

Encres de tatouage : On est foutus ?...

Publié le 04/09/2021 - Mis à jour le 15/10/2021"WE ARE FUCKED !" (= "Nous sommes foutus !")C'est...

3 septembre 2021
(Télé)consultation médicale dédiée aux tatouages

(Télé)consultation médicale dédiée aux tatouages

Pour répondre à une demande croissante et aux questions émanant de confrères médecins...

29 juillet 2021
Droit de réponse : Le SNAT écrit à l'UFC-Que Choisir

Droit de réponse : Le SNAT écrit à l'UFC-Que Choisir

Passée la vague médiatique qui a suivi le "comparatif" publié par Que Choisir le 18 février...

2 mars 2021
Pétition pour le maintien de certains pigments dans les encres de tatouage

Pétition pour le maintien de certains pigments dans les encres de tatouage

#COMMENT SOUTENIR LA PÉTITION EUROPÉENNE ?Une inscription préalable est requise : Pourquoi...

17 janvier 2021
Après l'épidémie, un autre fléau sévit !

Après l'épidémie, un autre fléau sévit !

(Mis à jour le 19 mai 2021) Face à l'épidémie de Covid-19, les tatoueurs professionnels...

25 mars 2020
Norme européenne : Quelles conséquences sur les activités de tatouage ?

Norme européenne : Quelles conséquences sur les activités de tatouage ?

NB. Cet article est proposé à titre indicatif, et ne saurait se substituer aux informations...

26 février 2020