Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

L'ART

Charlie Wagner tatouant sa femme. TITINE K.LEU
Série Hommage aux icônes du tatouage. 1990
Peinture acrylique sur toile.

Pourquoi les tatoueurs se revendiquent-ils comme des artistes ?

"Dès le milieu du XIXe siècle en Europe, puis plus tard aux États-Unis, des tatoueurs ont revendiqué le titre de "tattoo artists". Ceux que nous appelons les "maîtres du tatouage", et qui sont reconnus comme tels par leurs pairs, sont incontestablement des artistes : on reconnaît leur main, c'est-à-dire leur composition, leur utilisation des couleurs, leur trait, leur sujets. Ainsi que leur façon de poser leur création sur un corps."
Anne (Hey!), Connaissance des arts, 2014

Si le SNAT a initié sa création sur l'idée d'une reconnaissance fiscale, désignant un article obsolète et discriminatoire du Code des impôts, la bataille juridique et le relais médiatique qui ont suivi ont contribué à confirmer la reconnaissance artistique de nombre de tatoueurs.
Les tribunaux accordent par ailleurs au tatoueur la protection du Code de la Propriété Intellectuelle, considérant que "les tatouages [...] sont des oeuvres originales exécutées de sa main, selon une conception et une exécution personnelle, et qui présentent une part de création artistique."

Notamment : Cour Administrative d’Appel de Paris, 26 novembre 2010 - n°09PA01836
Cour Administrative d’Appel de Paris, 1er février 2012 - n°10PA02521

Désormais, et depuis un premier échange en 2017 au Ministère de la Culture, c'est notamment auprès de la Maison des Artistes que le SNAT souhaite revendiquer l'admission des tatoueurs pouvant justifier d'une réelle activité artistique. Cet accès légitime apporterait enfin un statut cohérent à ces artistes, tout en ouvrant un repère nouveau au public.
 

"On reconnaît l’art. On va vers la personne par rapport à ce qu’elle fait."
Mondial du tatouage – À la rencontre de la grande famille des tatoués, Maze, 16 mars 2017

Extrait de la Charte du SNAT :

"Est défini comme artiste tatoueur tout professionnel mettant en œuvre son art, ses savoirs et ses compétences nécessaires à la réalisation d'un tatouage artistique.
Chaque artiste tatoueur membre du SNAT réalise des œuvres intradermiques directement conçues ou issues de sa production, et peut adapter et interpréter d'autres œuvres, dans le respect de la propriété intellectuelle, ou s'inspirer de ces œuvres en vue de produire, selon ses choix et orientations, un tatouage artistique.
Il est encouragé à développer des graphismes personnels et à proposer à ses clients ses propres créations.
"

"On entend par artiste toute personne qui crée ou participe par son interprétation à la création ou à la recréation d'œuvres d'art, qui considère sa création artistique comme un élément essentiel de sa vie, qui ainsi contribue au développement de l'art et de la culture, et qui est reconnue ou cherche à être reconnue en tant qu'artiste, qu'elle soit liée ou non par une relation de travail ou d'association quelconque."
Définition de l'UNESCO, 27 octobre 1980

Contre un statut d'artisan ?

"réduire le rôle de la main maniant le pinceau électrique [sic] à celui d'un simple acte rémunéré, c'est oublier que même le plus basique des tatoueurs [...] exprime toujours un minimum d'intention" comme le choix de la machine, des encres, de l'épaisseur des lignes, des ombrages et des couleurs. Un même motif aura un rendu totalement différent selon la personne qui tient la machine et qui prend des décisions sur base de son apprentissage, de son talent et de sa sensibilité artistique.
Propos du Dr Matt Lodder (dans Body Art: Body Modification as Artistic Practice, thesis 2010), traduit par Alix Nyssen (dans L'art du tatouage contemporain : Reconnaissance et artification, mémoire 2016-2017)

(c) www.snat.info

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus